Voici la traduction d’un billet récent de Glyn Moody dans lequel le blogueur indépendant, bon connaisseur de l’open source et quelquefois critique à l’égard de Firefox, prend un exemple selon lui révélateur et nous invite à prendre en considération les valeurs que défend et promeut activement Mozilla…
Traduction : Goofy / Révision : Cedric, Pandark

Pourquoi nous avons besoin de Firefox

par Glyn Moody

Au début de cette semaine, j’ai raconté mes tribulations avec Firefox, et comment j’ai caressé l’idée de passer à Chromium, le navigateur de Google. En fait, je n’étais pas vraiment tenté de le faire pour de bon, et grâce aux généreux efforts de Mozilla, le problème a été résolu.

Ce que je n’ai pas mentionné, mais dont j’ai parlé ailleurs, c’est que Firefox est différent des autres navigateurs sur un point important. C’est qu’il est produit par une organisation qui n’est pas là pour se faire un max de pognon, mais pour préserver et développer le Web ouvert. Ce qui, par conséquent, conduit l’entreprise à prendre des décisions très différentes de celles des entreprises classiques. Voici un exemple :

De temps à autre, nous recevons des demandes de renseignements de la part du gouvernement, en général il s’agit d’enquêtes sur l’état du marché, et quelquefois de citations à comparaître. Récemment, le département de la Sécurité intérieure (DHS) des États-Unis a contacté Mozilla pour nous demander de retirer le module complémentaire Mafiaafire. L’unité d’Investigation de la Sécurité Intérieure (ICE) prétendait que le module contournait une ordonnance de saisie obtenue par le DHS contre un certain nombre de noms de domaine. Mafiaafire, comme plusieurs autres modules du même type déjà disponibles sur AMO, redirige l’utilisateur d’un nom de domaine vers un autre, tout comme le fait un service de redirection du courrier. Dans ce cas précis, Mafiaafire redirige le trafic de domaines interdits vers d’autres domaines. Et les noms de domaines interdits étaient accusés de diffuser des contenus en streaming, protégés par des copyrights sur des droits de diffusion de sport professionnel et autres médias.

Notre position est de nous conformer aux injonctions valides des cours de justice, aux mandats et réquisitions, mais dans le cas qui nous occupe, il n’y avait aucune injonction légale. Donc, pour évaluer la demande du DHS, nous leur avons posé plusieurs questions comme celles qui figurent ci-dessous, afin de comprendre sur quelles bases juridiques ils se fondaient :

Est-ce qu’une cour quelconque a pu prouver que le module complémentaire Mafiaafire est hors-la-loi ou illégal d’une manière ou d’une autre ? Si c’est le cas, sur quelle base juridique ? Veuillez fournir les références légales à l’appui. Mozilla est-il légalement contraint de désactiver ce module ou bien cette demande est-elle fondée sur d’autres motifs ? Si c’est le cas, veuillez les préciser. Pourriez-vous nous fournir une copie de l’acte juridique adéquat d’interdiction sur lequel se fonde votre demande de retrait du module Mafiaafire par Mozilla ? À ce jour nous n’avons reçu aucune réponse du département de la sécurité Intérieure ni aucune injonction d’aucune cour.

Et donc, à ce jour, Mozilla n’a pas supprimé le module complémentaire Mafiaafire. Cette réaction est remarquable non seulement pour sa solidité juridique, mais aussi parce qu’elle démontre que Mozilla veut mettre en cause toute la logique sous-jacente de ce genre de demandes. Ce faisant, l’entreprise joue un rôle décisif et plus large dans la lutte contre la tendance croissante à des pratiques extrêmement dangereuses pour la liberté et le Web ouvert. C’est-à-dire que fidèle à sa mission, Mozilla prend du recul et ne se préoccupe pas seulement de son bilan financier comme le font la plupart des entreprises (et comme on leur demande de le faire si ce sont des entreprises cotées en bourse).

C’est donc cela qui constitue la vraie raison de conserver Firefox : ses concepteurs ont des priorités radicalement différentes de ceux qui œuvrent derrière d’autres navigateurs. Même s’il y a des anicroches bizarres de temps en temps — souvent faciles à régler, je le sais par expérience — il est important d’avoir ce facteur constamment à l’esprit. Sans Mozilla, le monde en ligne serait beaucoup moins ouvert — et beaucoup moins libre.

les liens utiles