Commençons par réfléchir à ce que fait un navigateur. Je m’intéresserai particulièrement au quatrième point, mais il nécessite de préciser le contexte. Un navigateur :

  1. découvre des applications Web ou des sites, y accède, leur envoie des informations et affiche leur réponse sur le terminal de l’utilisateur ;
  2. affiche ce contenu sur le terminal de l’utilisateur dans un format qui permet d’interagir ;
  3. offre une interface permettant aux gens d’interagir avec une application Web ;
  4. offre aux internautes des moyens de personnaliser la façon dont ils interagissent avec le Web et les applications Web.

Les premier et deuxième points sont généralement regroupés sous les termes de « plateforme », « moteur de rendu », « back-end » ou infrastructure du navigateur. Dans le monde de Mozilla, cette partie du navigateur s’appelle Gecko. Le moteur est extrêmement important, et j’en dirai plus à son sujet très bientôt.

Le troisième point est généralement appelé la « couche applicative du navigateur ». La barre d’adresse, les boutons pour naviguer dans l’historique, les boîtes de dialogue de gestion des mots de passe, les avertissements de sécurité, font tous partie de cette « couche applicative » du navigateur.

Le dernier point est souvent ignoré. Il n’y a pas de terme généralement admis pour désigner cette partie du navigateur. Je pense à elle comme au « centre de contrôle » de l’utilisateur. Le navigateur modifie les choses à ma guise pour adapter mon expérience d’Internet à mes désirs. Par exemple, dans Firefox, la préférence « Ne pas me pister » indique à tous les sites que je visite ma volonté de ne pas être pistée. Le bloqueur de fenêtres surgissantes me permet de gérer les pop-up pour tous les sites ou juste pour certains. Le gestionnaire de droits (qui est en cours de développement) me permet de gérer mes interactions avec les applications Web : la géolocalisation, les mots de passe, les cookies. La « barre d’adresse intelligente » me permet d’accéder à l’historique des sites que j’ai visités pour me faciliter la navigation. (Chez Mozilla, cette fonctionnalité ne partage mon historique avec personne d’autre). Pour celles et ceux qui ont une mauvaise vue, le navigateur peut augmenter la taille des polices dans toutes les applications Web que j’utilise, même si l’application ne propose rien de son côté pour le faire.

Le contrôle de l’utilisateur sur son expérience n’est pas ignorée chez Mozilla, c’est un critère fondamental des logiciels que nous développons.

La souveraineté de l’utilisateur englobe tous les aspects de ce que nous offrons, dans la plateforme, dans le navigateur, partout. Firefox a été pionnier dans beaucoup de fonctionnalités devenues courantes pour donner à l’utilisateur la maîtrise. Sans ce centre de contrôle, le navigateur n’est qu’un outil permettant aux sites de délivrer du contenu aux gens, et non un outil permettant aux individus de contrôler globalement leur activité.

Ce centre de contrôle permet aux gens de gérer de manière unifiée leur activité au travers de toutes les applications que nous utilisons :

  • explorer ;
  • intégrer ;
  • filtrer ;
  • gérer ;
  • interagir ;
  • changer ;
  • contrôler.

son expérience. C’est ainsi que nous créons une expérience unifiée, spécifique à chacun, valable dans toutes les applications. Mozilla a la capacité unique de mettre la souveraineté de l’utilisateur au premier rang. Nous sommes une organisation à but non lucratif précisément afin que cela soit notre principale préoccupation. Nos « actionnaires » se préoccupent des valeurs que nous insufflons à l’Internet, pas de la valeur économique générée par nos logiciels.

Il y a au sein de Firefox un vibrant plaidoyer pour la souveraineté de l’utilisateur, qui, à travers Firefox, s’étend à de vastes parties du Web. Nous devons continuer dans cette direction avec Firefox. Mais nous devons également nous assurer que cela existe dans d’autres aspects de la vie en ligne, dans le monde des mobiles, dans les applications et dans les données. Apporter la maîtrise de l’utilisateur au sein des différents usages d’Internet est un moyen de remplir la mission de Mozilla.